Le maire qui en avait dit trop !


M. Mouhib Khatir, Président d'APC de Zéralda

Hier, Monsieur Mouhib Khatir, maire indépendant de la commune de Zéralda, ouest d’Alger, a été arrêté, avec le motif apparent de diffamation. Il a comparu aujourd’hui au tribunal de Hadjout et mis sous mandat de dépôt. Pourtant, la famille de M. Khatir dénonce une arrestation abusive qui aurait été sous la demande du procureur de Blida et qui serait en relation directe avec la prise de parole, sur Youtube, de M. Khatir, au sujet du même procureur.

J’avais déjà parlé de ce maire dans un précédent article, saluant son courage et l’initiative qu’il avait prise en utilisant les nouveaux moyens de communication pour informer ses administrés. Il avait, à lors, publié deux vidéos dans lesquelles il expliquait ses actions et dénonçait les agissements de certains responsables. Dans le lot, M. Khatir avait parlé précisément du procureur de Blida, M. Abdeli, contre qui il avait déjà porté plainte.

Lire la suite

La démocratie par la communication

Le Préseident d'APC de Zeralda sur Youtube

Jusqu’à récemment, l’état avait le monopole des médias dits lourds (TV, Radio, presse écrite). Certes, il existe des journaux plus ou moins indépendants, mais ils sont trop souvent contraints de ne pas dépasser dans leurs critiques une certaine ligne rouge. Les journalistes en Algérie, comme dans tous les pays arabes, se retrouvent alors non seulement à subir la censure éditoriale, gouvernementale, mais aussi à exercer leur propre autocensure, de manière plus ou moins consciente et plus ou moins bien vécue. La fermeture du Journal Le Matin, et l’emprisonnement de sont directeur, Mohammed Benchicou, pouvait être vu comme un avertissement pour les autres. Du coup, les opposants n’avaient pas trop accès aux médias pour s’exprimer librement, défendre leurs positions, ou tout simplement se défendre.