Le chien enragé

Mes soeurs, mes frères,

Il y a dans les rues arabes un fléau, vieux de quelques décennies, c’est la rage, la rage des chiens qui nous gouvernent, que dis-je, pardon aux chiens…

Pardons aux chiens, car ces animaux ont des qualités que ses criminels n’ont pas. Les chiens ne se tuent jamais entre-eux, à moins d’être affamés et nos criminels souffrent peut-être de bêtise chronique mais pas de faim. Ils ont volé nos richesses, mis nos pays à vendre, mis nos femmes à vendre et nos hommes, et ils agissent comme des chiens enragés qui qui ont perdu tous freins. Les chiens sont fidèles à la main qui les nourrit et ces criminels mordent la main de la terre qui les nourrit à crever de satiété.

Mes soeurs, mes frères, voilà que Qaddafi  bombarde Tripoli et lâche des affamés africains sur son peuple (je ne leur en veux même pas, car leur souffrance fait partie de notre problème et sa résolution de notre combat). Le pouvoir algérien l’a fait avant lui, puisque des centaines de milliers d’algériens ont été sacrifiés pour la STABILITÉ du pouvoir et non pour celle de l’Algérie.

Mes soeurs, mes frères, le temps de la prière nous prierons, mais quand le temps du soulèvement aura sonné nous lèverons-nous???????? Qu’a-t-on encore à perdre???? Je ne vois rien … Quand notre sang coule et que nous marchons dessus qu’est-ce qui nous reste??? Nous croyons être à l’abri mais je vous jure que nous ne le sommes pas.

Chaque fois que nous accepterons la corruption, ou que nous y participerons, chaque fois que quelqu’un utilisera ses « connaissances » pour régler ses « affaires », chaque fois qu’un étudiant ou un élève trichera dans ses examens, chaque fois qu’un commerçant ou un homme d’affaire mentira sur ses ressources, qu’un enseignant ne fera pas son travail en classe pour inciter ses élèves à assister à son cours particulier, à chaque fois qu’un homme harcèlera une femme, à chaque fois qu’un fort frappera un faible, mes soeurs, mes frères, CONSIDEREZ QUE VOUS TUEZ QUELQU’UN.

Ô Allah, toi qui est juste et justice, aide-nous à être meilleurs et à prendre notre revanche sur ceux qui nous ont offensés.