Carnaval fi dechra: Le jour d’après

Bureau de vote à Alger le 10 mai 2012

Hier se tenait l’élection législative en Algérie. Oui, oui… si vous n’êtes pas au courant, il y a bien eu des élections en Algérie. Plus de 40 partis (presque toutes les lettres de l’alphabet) à l’affiche présentaient leurs candidats à la députation. Des partis, pour la plus part, créés pour la circonstance, à la va-vite, sans aucun programme clair, d’idéologies aussi brumeuses que fumeuses, et dont on n’entendra probablement plus jamais parler, du moins jusqu’aux prochaines élections.

Pour moi, qui ai vécu quelques élections algériennes, j’avoue que cette fois, elles ont été particulièrement comiques. D’abord par la nature des candidats, leur niveau intellectuel et leur discours. A regarder certains passages de la compagne, on se croirait presque dans une mauvaise comédie. Hélas, c’est bien la réalité… la réalité algérienne.

Lire la suite

Publicités

Tag ala men tag (طاق على من طاق)


Engin anti-émeute utilisé pour le déneigement

Du temps est passé depuis mon dernier poste sur ce blog, et depuis rien n’a changé sur la petite planète algérienne. On s’est presque habitué aux tristes nouvelles qui se succèdent. Entre émeutes localisées, tentatives d’immolation de jeunes, ou moins jeunes, désespérés, jusqu’au non-évènement de l’annonce des échéances des [prochaines] élections législatives. Mais voilà que je reviens à ce blog suite à l’actualité liée aux évènements météorologiques que subit une partie de l’Algérie.

Quand bien même l’humain ne peut contrôler ni le ciel ni ce qui en tombe, néanmoins, et grâce aux avancées technologiques, nous disposons aujourd’hui des moyens cognitifs et techniques qui permettent de prévoir, au moins à court terme, les conditions météorologiques avec une surprenante précision, et nous pouvons aussi disposer de moyens de prévenir et régler les problèmes que les aléas du « temps » peuvent provoquer : saler les chaussées, déneiger les axes routiers par ordre d’importance, informer les citoyens, mettre à contribution les forces de l’états, pour rompre l’isolement des villages ou des voyageurs, etc.

Lire la suite

La liberté en Open Source


Le LIBRE est bien pour moi.

Dans un article précèdent, j’avais soulevé la question de l’utilisation des logiciels propriétaires face aux logiciels libres, et j’avais aussi parlé des arrangements effectués entre certains groupes industriels et nos gouvernements.

J’ai toujours défendu le principe du LIBRE (ou Open Source) car, pour moi, c’est un moyen de retrouver une certaine indépendance. Une indépendance d’abord financière (bien que Libre ne soit pas synonyme de gratuit, mais ça reste souvent le cas), et aussi une indépendance vis a vis des multinationales ou des états qui essayent de plus en plus de nous imposer un certain modèle (toujours consommer plus), afin de mieux nous rendre dépendants de leurs produits ou de leurs marques, et in fine, dépendants politiquement.

Lire la suite

Brico-Algérie

Pourquoi pas une révolution en Algérie ?

Pourtant tous les ingrédients sont présents, et ça se voit. Chaque jour, à chaque fois que j’ouvre un journal ou discute avec des gens j’entends que telle route a été coupé, que des étudiants sont en grève, que le maire d’une ville est pris en otage par sa population, et encore, et encore. Quand j’essaye d’analyser de plus prêt, je vois que les revendications sont différentes. Certains revendiquent des logements, d’autres que le nom donné à leur future diplôme ne leur convient pas, d’autres trouve qu’il faut installer des dos-d’âne car il y a trop de tués sur la route traversant leur village, et encore plein d’autres revendications. Le gouvernement algérien est riche, et il peut acheter la paix sociale. Il peut distribuer des maisonnettes et promettre que le reste suivra (on nous dit qu’il reste 1.5 million de logements à distribuer). Il peut changer encore le nom d’un diplôme, et il peut subventionner les prix du sucre, et il peut faire beaucoup de choses encore. Apparemment, l’Algérie possède 150 Milliard USD dans ses caisses, et avec cet argent, elle peut acheter beaucoup de sucre, jusqu’à remplacer le sable du désert par du sucre.

Lire la suite