Carnaval fi dechra: Le jour d’après

Bureau de vote à Alger le 10 mai 2012

Hier se tenait l’élection législative en Algérie. Oui, oui… si vous n’êtes pas au courant, il y a bien eu des élections en Algérie. Plus de 40 partis (presque toutes les lettres de l’alphabet) à l’affiche présentaient leurs candidats à la députation. Des partis, pour la plus part, créés pour la circonstance, à la va-vite, sans aucun programme clair, d’idéologies aussi brumeuses que fumeuses, et dont on n’entendra probablement plus jamais parler, du moins jusqu’aux prochaines élections.

Pour moi, qui ai vécu quelques élections algériennes, j’avoue que cette fois, elles ont été particulièrement comiques. D’abord par la nature des candidats, leur niveau intellectuel et leur discours. A regarder certains passages de la compagne, on se croirait presque dans une mauvaise comédie. Hélas, c’est bien la réalité… la réalité algérienne.

Lire la suite

Tag ala men tag (طاق على من طاق)


Engin anti-émeute utilisé pour le déneigement

Du temps est passé depuis mon dernier poste sur ce blog, et depuis rien n’a changé sur la petite planète algérienne. On s’est presque habitué aux tristes nouvelles qui se succèdent. Entre émeutes localisées, tentatives d’immolation de jeunes, ou moins jeunes, désespérés, jusqu’au non-évènement de l’annonce des échéances des [prochaines] élections législatives. Mais voilà que je reviens à ce blog suite à l’actualité liée aux évènements météorologiques que subit une partie de l’Algérie.

Quand bien même l’humain ne peut contrôler ni le ciel ni ce qui en tombe, néanmoins, et grâce aux avancées technologiques, nous disposons aujourd’hui des moyens cognitifs et techniques qui permettent de prévoir, au moins à court terme, les conditions météorologiques avec une surprenante précision, et nous pouvons aussi disposer de moyens de prévenir et régler les problèmes que les aléas du « temps » peuvent provoquer : saler les chaussées, déneiger les axes routiers par ordre d’importance, informer les citoyens, mettre à contribution les forces de l’états, pour rompre l’isolement des villages ou des voyageurs, etc.

Lire la suite

La liberté en Open Source


Le LIBRE est bien pour moi.

Dans un article précèdent, j’avais soulevé la question de l’utilisation des logiciels propriétaires face aux logiciels libres, et j’avais aussi parlé des arrangements effectués entre certains groupes industriels et nos gouvernements.

J’ai toujours défendu le principe du LIBRE (ou Open Source) car, pour moi, c’est un moyen de retrouver une certaine indépendance. Une indépendance d’abord financière (bien que Libre ne soit pas synonyme de gratuit, mais ça reste souvent le cas), et aussi une indépendance vis a vis des multinationales ou des états qui essayent de plus en plus de nous imposer un certain modèle (toujours consommer plus), afin de mieux nous rendre dépendants de leurs produits ou de leurs marques, et in fine, dépendants politiquement.

Lire la suite

Mohamed Baba-Nedjar est en train de mourir en silence !!!


Mohamed Baba Nedjar

Mohamed Baba-Nedjar est un jeune algérien originaire de Ghardaïa né en 1984 et qui croupit en prison depuis plus de 6 ans. Il est accusé, sans preuve, de meurtre avec préméditation sur un militant local du FFS. Il a été condamné à mort en première instance, puis, suite à son appel, sa sentence a été transformée en prison perpétuité.

Bien que cette affaire date depuis de 2005, elle n’a pas suscité la mobilisation attendue. A part les citoyens de Ghardaïa qui suivent de près le sors de leur compatriote, et quelques militants tenaces des droits de l’homme, il règne un silence assourdissant autour de cette tragédie. Un silence dont l’origine et les causes dépassent ma compréhension. Je n’arrive pas à comprendre comment il y a eu autant de mouvements créés pour soutenir la libération de M. Mohammed Gharbi, qui rappelons-le, a bien commis un meurtre et l’a même avoué, et que presque personne ne parle de Baba-Nadjar, qui n’arrête pas, depuis six ans, de crier son innocence.

Lire la suite

La préférence nationale, mais à l’envers !!

Diviser pour régner

Lors de la dernière conférence de presse du Premier ministre Ouyahya, une journaliste lui a posé une question en Kabyle. Le premier ministre qui comprend le Kabyle, puisque d’origine Kabyle, lui a répondu naturellement en… Kabyle. Jusque là, tout reste normal, et je ne trouve rien de choquant. Bien sur, tout le monde qui était dans la salle, ne pouvait comprendre le Kabyle. Rien de méchant, puisque l’on pouvait bien demander la traduction.

Cet échange n’était pas du goût de certains, et précisément, une journaliste francophone (D’après certaines affirmations, il s’agirait de Mme Ghania Oukazi) qui, semble t-il, n’a pas apprécié cet échange dans une langue qui fait pourtant partie du patrimoine national, et qui est inscrite dans la constitution. La journaliste s’est emporté devant le premier ministre, qui lui a répondu calmement en lui traduisant le dernier échange. Le comble dans cette histoire c’est que cette journaliste, qui s’indigne devant l’utilisation d’une langue nationale, utilise une langue bien étrangère (le français) !

Lire la suite

Le peuple cherche t-il le changement ?


Émeutes du sucre et de l'huile - Alger - Janvier 2011

J’ai l’impression que l’Algérie va mal depuis si longtemps que le peuple s’est habitué à la situation et a trouvé le moyen de s’y adapter. Pourtant, depuis le début des révolutions en Tunisie et en Egypte, on a jamais autant parlé du changement en Algérie. Nous avons même assisté à des initiatives timides qui tentaient d’accompagner ces mouvements, mais qui se sont vite soldées par un échec cuisant. Pourquoi ? De mon point de vue, la cause principale à cela est que le peuple ne les a pas suivi, d’où ma question: le peuple algérien veut-il le changement ?

Une partie non négligeable du peuple ne veut pas du changement par peur de l’inconnu. Le pouvoir en place alimente d’ailleurs cette phobie, en agitant l’épouvantail d’un possible retour aux malheurs de la décennie noire. Une autre aspire au changement, plus ou moins radical, du système mais ne se sentent aucunement représentés par l’opposition qui le revendique. Et une tiers catégorie, que j’appellerai  la partie « corrompue », semble avoir trouvé son équilibre, voire son intérêt, dans le désordre ambiant.

Lire la suite

Trop d’information tue l’information

En discutant avec des compatriotes, je me rends de plus en plus compte du décalage total de certaines personnes face à la réalité algérienne. Beaucoup d’entre eux ne savent pas ce qui se passe autour d’eux ni ne cherchent à le savoir. D’autres se contentent d’attendre que l’information leur soit livrée sur un plateau et par ce fait n’ont que très peu sinon aucun recul sur sa véracité.

Ce phénomène n’est évidemment pas limité à l’Algérie mais semble être international. Il est probablement dû à la profusion de sources d’information et à la passivité que la télé, le média lourd le plus puissant encore de nos jours, a créé chez les citoyens du monde depuis plus de 50 ans. Cette facilité a engendré un nouveau comportement: nous ne cherchons plus l’information, c’est elle qui vient vers nous. On ne vérifie même pas sa véracité, on fait confiance. Rappelons-nous le plus gros mensonge de la dernière décennie gobé comme une lettre à la poste par les populations des pays « démocratiques », à savoir le mythe des armes de destruction massive de l’Irak. Un mensonge qui a quand-même amené à une guerre dont le peuple irakien paie encore le prix cher. Rappelons-nous aussi la propagande féroce que les républicains et les Tea Party ont déclarée contre la loi sur la sécurité sociale aux Etats-Unis. Je vais même vous dire la dernière trouvaille américaine en termes de désinformation: Le lobby du charbon qui affirme que les éoliennes risquent de faire sortir la terre de son orbite.

Lire la suite

Le citoyen algérien est-il un « alien » !

J’ai écouté dernièrement le témoignage d’un dz Youtuber suite à sa rencontre avec un colonel du DRS. Globalement, je n’ai pas été surpris ni par les propos de cet homme ni par le ton qu’il semble avoir tenu tout au long de l’entrevue. Avec l’autoritarisme que l’on connaît de cette institution militaire, il a parlé d’enjeux stratégiques, de la fragilité de la région et des vues néo-coloniales des puissances occidentales sur les pays du sud de la méditerranée. Et pourtant, ce monsieur a quand-même réussi à m’étonner par quelques unes de ses déclarations et des messages qu’il a voulu faire passer par la sphère Dz Youtube. Ce message en résumé est celui-là : « nous n’hésiterons pas à tuer le peuple deux fois par amour de la nation, y compris les enfants, le peuple ne connait pas l’intérêt de la nation, nous, si ».

Lire la suite

Qu’est ce qui se passe au bois des pins ?


Accrochages entre forces de l'ordre et habitants

D’habitude en Algérie les projets prennent leur temps et les échéances sont rarement respectées. On trouve toujours des excuses pour les reporter, pour les prolonger, pour les suspendre. Il manque toujours des signatures, des documents, des personnes. D’habitude, on a droit à des « revenez après la période estivale », « revenez après le ramadan », « revenez après les élections ».

Et pourtant, au bois des pins à Hydra, les choses semblent marqueur l’exception. Les responsables du projet de destruction du bois et d’installation d’un parking semblent ne pas perdre de temps. Aussitôt la décision prise, les engins sont arrivés pour détruire le bois, déraciner des arbres centenaires, malgré l’objection vive de la population. Miracle, on n’a pas attendu la fin du ramadan, ni de la pause estival pour lancer le chantier. Les réclamations des riverains, personne ne les a écoutés. Et malgré le recours à la justice, aucun moratoire n’a été déclaré afin de revoir la nature du projet et d’en discuter avec la population.

Lire la suite

Une expérimentation de « démocratie » sur Facebook !


Le peuple descend pour casser !!

J’ai récemment assisté à une expérience intéressante sur Facebook, qui consistait en un groupe virtuel où l’on expérimentait la pratique démocratique et où les membres pouvaient exprimer librement leurs opinions. Je trouvais le concept intéressant. J’espérais à travers cet espace que des algériens se mettent à échanger leurs expériences, leur vécu, tout en formulant des propositions ou des projets. Je m’attendais tout simplement à des suggestions (concrètes soit-elles ou fantaisistes) qui pourraient sortir l’Algérie de la crise dans laquelle elle patauge.

Lire la suite