Carnaval fi dechra: Le jour d’après

Bureau de vote à Alger le 10 mai 2012

Hier se tenait l’élection législative en Algérie. Oui, oui… si vous n’êtes pas au courant, il y a bien eu des élections en Algérie. Plus de 40 partis (presque toutes les lettres de l’alphabet) à l’affiche présentaient leurs candidats à la députation. Des partis, pour la plus part, créés pour la circonstance, à la va-vite, sans aucun programme clair, d’idéologies aussi brumeuses que fumeuses, et dont on n’entendra probablement plus jamais parler, du moins jusqu’aux prochaines élections.

Pour moi, qui ai vécu quelques élections algériennes, j’avoue que cette fois, elles ont été particulièrement comiques. D’abord par la nature des candidats, leur niveau intellectuel et leur discours. A regarder certains passages de la compagne, on se croirait presque dans une mauvaise comédie. Hélas, c’est bien la réalité… la réalité algérienne.

Lire la suite

Publicités

Tag ala men tag (طاق على من طاق)


Engin anti-émeute utilisé pour le déneigement

Du temps est passé depuis mon dernier poste sur ce blog, et depuis rien n’a changé sur la petite planète algérienne. On s’est presque habitué aux tristes nouvelles qui se succèdent. Entre émeutes localisées, tentatives d’immolation de jeunes, ou moins jeunes, désespérés, jusqu’au non-évènement de l’annonce des échéances des [prochaines] élections législatives. Mais voilà que je reviens à ce blog suite à l’actualité liée aux évènements météorologiques que subit une partie de l’Algérie.

Quand bien même l’humain ne peut contrôler ni le ciel ni ce qui en tombe, néanmoins, et grâce aux avancées technologiques, nous disposons aujourd’hui des moyens cognitifs et techniques qui permettent de prévoir, au moins à court terme, les conditions météorologiques avec une surprenante précision, et nous pouvons aussi disposer de moyens de prévenir et régler les problèmes que les aléas du « temps » peuvent provoquer : saler les chaussées, déneiger les axes routiers par ordre d’importance, informer les citoyens, mettre à contribution les forces de l’états, pour rompre l’isolement des villages ou des voyageurs, etc.

Lire la suite

Mohamed Baba-Nedjar est en train de mourir en silence !!!


Mohamed Baba Nedjar

Mohamed Baba-Nedjar est un jeune algérien originaire de Ghardaïa né en 1984 et qui croupit en prison depuis plus de 6 ans. Il est accusé, sans preuve, de meurtre avec préméditation sur un militant local du FFS. Il a été condamné à mort en première instance, puis, suite à son appel, sa sentence a été transformée en prison perpétuité.

Bien que cette affaire date depuis de 2005, elle n’a pas suscité la mobilisation attendue. A part les citoyens de Ghardaïa qui suivent de près le sors de leur compatriote, et quelques militants tenaces des droits de l’homme, il règne un silence assourdissant autour de cette tragédie. Un silence dont l’origine et les causes dépassent ma compréhension. Je n’arrive pas à comprendre comment il y a eu autant de mouvements créés pour soutenir la libération de M. Mohammed Gharbi, qui rappelons-le, a bien commis un meurtre et l’a même avoué, et que presque personne ne parle de Baba-Nadjar, qui n’arrête pas, depuis six ans, de crier son innocence.

Lire la suite

Le citoyen algérien est-il un « alien » !

J’ai écouté dernièrement le témoignage d’un dz Youtuber suite à sa rencontre avec un colonel du DRS. Globalement, je n’ai pas été surpris ni par les propos de cet homme ni par le ton qu’il semble avoir tenu tout au long de l’entrevue. Avec l’autoritarisme que l’on connaît de cette institution militaire, il a parlé d’enjeux stratégiques, de la fragilité de la région et des vues néo-coloniales des puissances occidentales sur les pays du sud de la méditerranée. Et pourtant, ce monsieur a quand-même réussi à m’étonner par quelques unes de ses déclarations et des messages qu’il a voulu faire passer par la sphère Dz Youtube. Ce message en résumé est celui-là : « nous n’hésiterons pas à tuer le peuple deux fois par amour de la nation, y compris les enfants, le peuple ne connait pas l’intérêt de la nation, nous, si ».

Lire la suite

Une expérimentation de « démocratie » sur Facebook !


Le peuple descend pour casser !!

J’ai récemment assisté à une expérience intéressante sur Facebook, qui consistait en un groupe virtuel où l’on expérimentait la pratique démocratique et où les membres pouvaient exprimer librement leurs opinions. Je trouvais le concept intéressant. J’espérais à travers cet espace que des algériens se mettent à échanger leurs expériences, leur vécu, tout en formulant des propositions ou des projets. Je m’attendais tout simplement à des suggestions (concrètes soit-elles ou fantaisistes) qui pourraient sortir l’Algérie de la crise dans laquelle elle patauge.

Lire la suite

Le maire qui en avait dit trop !


M. Mouhib Khatir, Président d'APC de Zéralda

Hier, Monsieur Mouhib Khatir, maire indépendant de la commune de Zéralda, ouest d’Alger, a été arrêté, avec le motif apparent de diffamation. Il a comparu aujourd’hui au tribunal de Hadjout et mis sous mandat de dépôt. Pourtant, la famille de M. Khatir dénonce une arrestation abusive qui aurait été sous la demande du procureur de Blida et qui serait en relation directe avec la prise de parole, sur Youtube, de M. Khatir, au sujet du même procureur.

J’avais déjà parlé de ce maire dans un précédent article, saluant son courage et l’initiative qu’il avait prise en utilisant les nouveaux moyens de communication pour informer ses administrés. Il avait, à lors, publié deux vidéos dans lesquelles il expliquait ses actions et dénonçait les agissements de certains responsables. Dans le lot, M. Khatir avait parlé précisément du procureur de Blida, M. Abdeli, contre qui il avait déjà porté plainte.

Lire la suite

Après 49 ans, quel bilan ?


Bulletin du référendum du 1 juillet 1962

Un anniversaire est généralement l’occasion de dresser un bilan, de faire la synthèse du passé pour mieux réaliser le dessin de l’avenir. Alors, en cette journée du 5 juillet, quel bilan pouvons-nous faire de notre Algérie « indépendante » ?

Il faut dire que ça a mal commencé. Tout d’abord par un mensonge sur la date même de l’indépendance. Cette dernière qui avait d’abord été déclarée le 3 juillet s’est vue changée par Ben Bella au 5 juillet. Plus dramatiquement, après seulement quelques mois d’indépendance, l’Algérie avait failli sombrer dans un bain de sang, si certains dirigeants de l’époque n’avaient eu la sagesse de se retirer et de laisser la place aux assoiffés du pouvoir. La suite, nous la connaissons tous.

Lire la suite

La démocratie par la communication

Le Préseident d'APC de Zeralda sur Youtube

Jusqu’à récemment, l’état avait le monopole des médias dits lourds (TV, Radio, presse écrite). Certes, il existe des journaux plus ou moins indépendants, mais ils sont trop souvent contraints de ne pas dépasser dans leurs critiques une certaine ligne rouge. Les journalistes en Algérie, comme dans tous les pays arabes, se retrouvent alors non seulement à subir la censure éditoriale, gouvernementale, mais aussi à exercer leur propre autocensure, de manière plus ou moins consciente et plus ou moins bien vécue. La fermeture du Journal Le Matin, et l’emprisonnement de sont directeur, Mohammed Benchicou, pouvait être vu comme un avertissement pour les autres. Du coup, les opposants n’avaient pas trop accès aux médias pour s’exprimer librement, défendre leurs positions, ou tout simplement se défendre.

Eveil politique

Slides intéressants réalisés par des universitaires tunisiens qui expliquent certains concepts de la démocratie.