A Hydra, on cache la misère derrière un parking



Violences policières à Hydra

Hydra, pour ceux qui ne connaissent pas, est le quartier huppé d’Alger. C’est le quartier des ambassades et des belles villas. C’est le quartier où se concentrent les nantis. Sauf que ces privilégiés ne sont pas seuls. Dans ce quartier, on trouve aussi des gens « normaux ». Des enfants du « peuple ». Ces gens là dérangent. Ils font tâche dans ce quartier de privilégiés. Et nos « maîtres », réactifs et très concernés par leur bien-être, ont décidé d’y remédier.

Ainsi, ce quartier a été le théâtre depuis Dimanche 10 juillet d’émeutes entre la populations et les forces de l’ordre, suite à la décision des pouvoirs publics de raser le bois des pins pour y construire un parking. Les habitants contestent le projet, et veulent protéger ce bois aux arbres centenaires, auxquels ils sont attachés et entre lesquels ils trouvent réconfort, ombre et sérénité, eux et leurs enfants. Ils considèrent aussi que la réalisation de ce parking est en contradiction avec la loi interdisant l’exploitation de ce genre d’espace.

Les habitants, pour manifester leur mécontentement, on décidé de former une chaine humaine afin d’empêcher les engins de détruire cet espace vert et de déraciner ses arbres. Et pour les déloger on a fait appel à la police anti-émeute, dont les éléments ont frappés fort, ne faisant de différence, par leur coups, ni entre enfants et vieux ni entre femmes et hommes. Personne n’a été épargné.

De nombreuses vidéos circulent et témoignent de la force démesurée et de la répression utilisées pour violenter les habitants du quartier. Même les boîtes aux lettres des immeubles n’ont pas été épargnées.

Les habitants disent que ceci n’est qu’une nième agression, cette fois à coup de poings, pour les inciter à quitter Hydra pour d’autres horizons, moins VIP. Il y a quelque temps, même l’école dans laquelle étaient scolarisés leurs enfants avait été fermée, et les enfants dispatchés sur des établissements bien lointains, l’école présente à Hydra « chique » leur étant catégoriquement refusée.

Inutile de dire combien cet épisode du drame algérien ressemble à celui d’un début d’apartheid entre l’Algérie d’en Haut et le « peuple ». Inutile de rappeler que cette violence contre l’humain et l’arbre, contre la terre, nous rappelle à tous les violences d’un Occupant contre les Autochtones. Ceci, n’est malheureusement qu’un échantillon du comportement du pouvoir en place qui n’hésite pas à détruire un espace vert, qui n’hésite pas à tabasser des personnes âgés et des femmes, qui n’hésite pas à détruire le bien des gens, juste pour offrir plus de confort aux nantis qui sont loin d’être dans le besoin.

Le pouvoir ne serait-il pas arrivé à un tel point de mépris pour le peuple qu’il a juste envie de le rayer, de le cacher et de le faire furie ?

Publicités

2 Responses to A Hydra, on cache la misère derrière un parking

  1. gragi says:

    voila l algerie tous va bien tous est beaux au lieux de vouloir destabiliser ces pays voisin qui ont comprit ils faudrait mieux soccuper des pauvre gens

  2. Ping: Qu’est ce qui se passe au bois des pins ? « Algeria Justitia جزائر العدالة

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s