La liberté commence par le LIBRE


Dans cette nouvelle ère, que l’on vit tous avec délectation et excitation, cette ère où l’outil informatique et le monde cybernétique sont devenus moyen et espace de lutte pour la liberté des peuples, je voulais inscrire quelques réflexions, car nous sommes nombreux à avoir remarqué une drôle d’interaction entre le monde réel et le monde virtuel.

GNU - Linux

Comme chacun pourra le constater, les régimes autoritaires ont entre eux un point commun : leur connivence avec certaines multinationales. Ces dernières trouvent à leur tour un terrain d’entente avec ces régimes, puisque les uns veulent Dominer leurs peuples, les autres veulent dominer le marché. Et dans le monde de l’Informatique, la multinationale, l’ultime, la phagocytaire Microsoft offre un exemple spectaculaire de ce genre de relation. Microsoft veut rester numéro 1 sur le marcher informatique, et pour atteindre cet objectif tous les moyens sont bons.

Microsoft ne lésine pas sur les moyens et n’hésite pas à faire échouer des projets « humanitaires » pour garder le monopole. C’est ce qui s’est passé avec le projet OLPC (One Laptop Per Child). Un projet ambitieux à ses débuts, qui voulait offrir aux enfants des pays en développement un ordinateur simple et pas cher. Mais il s’est vite heurté aux exigences de certains gouvernements, qui voulaient imposer Microsoft. L’introduction de Windows a obligé les architectes d’OLPC à revoir les caractéristiques de la machine. Du coup, le prix initialement voulu de 100$ s’est vu grimper à 300$, et le projet a été un échec, les enfants africains pouvaient attendre pour avoir le pc low cost. Mais dans cette histoire, Microsoft était bien discrète, et ce sont les gouvernements qui avaient justifié ses décisions pour le moins « mauvaises ».

Mais plus récemment, cette connivence microsoftienne avec des régimes dictateurs semble bien plus … « gênante ». Voilà que La révolution tunisienne a permis de lever le voile sur certaines de ces pratiques indécentes, quand elle nous apprend que le régime de Ben Ali travaillait étroitement avec Microsoft afin de neutraliser les cyber-révolutionnaires. Un autre exemple, un pseudo « bug » informatique qui empêchait de se connecter en HTTPS (avoir une connexion sécurisée) sur la messagerie Hotmail, mais pas n’importe où … Le bug concernait, par un drôle de hasard, des pays à régimes « douteux » comme l’Algérie, la Syrie, le Congo ou encore le Turkmenistan.

Pour sortir de la critique de Microsoft, il y a bien des leçons à retenir de ces expériences : Sortir de la dépendance envers ces multinationales, et en Informatique, sortir de la dépendance Microsoft. Heureusement, dans le domaine technologique, il existe plusieurs alternatives face à Microsoft, dont la plus simple et évidente est l’utilisation des logiciels libres. Un premier avantage au LIBRE c’est la gratuité, vous ne paierez RIEN. Le LIBRE offre plusieurs distributions gratuites de systèmes d’exploitation qui peuvent très bien remplacer le Windows, faciles d’utilisation (Ubuntu est l’une des plus populaires) et non moins « design ». Le LIBRE offre également des outils libres, comme les LibreOffice, alternative intéressante comme suite bureautique. Tout ça, avec à la clé, une communauté d’utilisateurs enorme qui peut vous aider à personnaliser, maîtriser ou régler un problème.

Pour finir, je dirai que plus on s’éloignera de la dominance de ces multinationales, y compris dans notre espace virtuel, plus on sera sur le chemin qui mène vers la liberté et la démocratie.

PS: J’apprends à l’instant qu’en Algérie, et plus exactement dans la wilaya de Bejaïa, les autorités bloquent la création d’une association pour la promotion du logiciel libre.

Publicités

2 Responses to La liberté commence par le LIBRE

  1. raouf says:

    Bonsoir Sami,

    J’aimerais t’apporter une précision sur le terme utilisé « libre » provenant de l’anglais « free » qui laisse supposer qu’il est gratuit: un exemple, les clients qui utilisent Mysql pour un usage commercial doivent l’utiliser sous une licence commerciale -> Il y a plusieurs correspondance en fait entre gratuit/payant et libre/propriétaire.

    Il faudrait en fait vérifier à chaque fois le CLUF pour s’assurer qu’il respecte les conditions de l’Open Source Initiative. Enfin open source ou pas, il y a une certaine primauté des lois qui fait que rien n’empêche le législateur Américain, pour prendre ce cas, de contraindre par ex. Ubuntu de collaborer pour les intérêt US, et exit les libertés fondamentales…

    Microsoft n’est pas le seul à être blamer, j’ai lu récemment que l’antivirus McAfee joue aussi un jeu trouble en matière de garantie de protection de liberté individuelles http://online.wsj.com/article/SB10001424052748704438104576219190417124226.html?K

    • Sami says:

      Merci Raouf pour les précisions,
      J’ai essayé de simplifier (peut être un peu trop), pour pouvoir expliquer aux non-initiés. Effectivement, Libre ne veut pas dire gratuit, et ne veut pas aussi dire open source. Et comme tu l’as expliqué, cela dépend de la licence utilisée.

      L’avantage de l’Open Source (dont la licence respecte les principes établis par l’Open Source Initiative), est d’avoir une communauté qui a accès aux sources. Théoriquement, tout le monde a accès aux sources, et donc peut détecter si un gouvernement, ou une organisation peuvent contrôler d’une façon ou d’une autre la machine de l’utilisateur.

      Dernièrement, y a eu des allégations (à confirmer) sur une backdoor installée dans la pile IPsec de FreeBSD, par le FBI/NSA au début des années 2000 (http://www.phoronix.com/scan.php?page=news_item&px=ODkxMw). Même si les sources étaient disponibles, personne n’est passé derrière pour vérifier le code.

      Pour finir, je dirais juste que le libre n’apporte une garantie absolue, mais c’est déjà mieux que des produits fermés dont on ne sait pas grand chose de leur fonctionnement interne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s